Rechercher

Être responsable. C'est quoi au juste ?

Dernière mise à jour : 28 mars



Je vous entends dire mais pourquoi écrire encore un article sur ce sujet ?


Parce qu'étant créatrice d'une marque de vêtement éco-responsable, ou mode engagée, j'avais envie de partager un peu mes expériences, mes croyances, mes envies, mes doutes aussi à ce sujet.

Parce que de nouvelles marques apparaissent chaque jour aussi. Preuve que le monde bouge, ou plutôt que nous avons envie de faire bouger les choses. En mieux, c'est certain. Chacun y va dans son coin, mais au final on se ressemble tous. Cela prouve également que les Français évoluent aussi, ils cherchent à consommer mieux, mais pas seulement dans l'alimentaire, dans leur dressing aussi.





Ceci est notre environnement, une partie de notre "jardin" dans nos belles Pyrénées. Avant tout, nous voulons que ceci ne soit pas qu'une image, mais bien un endroit naturel et préservé. Un lieu où nos enfants et les générations futures pourront aller se ressourcer comme nous le faisons déjà. Un endroit sain, non pollué, où nous pouvons observer la nature, la faune et la flore en toute quiétude. Nous tenons à ces endroits, et en créant GOÏAT, nous voulions garder ses valeurs et les mettre en avant.


Être en mode responsable c'est faire attention à Mère Nature. C'est une nouvelle façon de créer des vêtements (et de faire son shopping !) qui privilégie le respect de la planète et des personnes qui nous entourent. Ou la réduction de gaspillage des ressources tout en prenant en compte le changement climatique. Mais surtout pour limiter l'impact écologique des transports, il s'agit de privilégier la fabrication la plus locale possible. La fabrication française est comme une évidence depuis quelques temps, mais si on peut faire un peu plus local, c'est encore mieux.

La philosophie d'aujourd'hui doit passer par le local avant d'atteindre le global. Pascal Engel

Il est difficile de se défaire des dictats de la mode "d'avant" (qui est toujours présente à ce jour néanmoins), où l'on cherchait à produire vite, en grand nombre et surtout à bas prix, mais c'est sans compter le non respect des conditions de travail et celui des normes environnementales non respectées. Pour parer à ça, les grandes marques inventent le "greenwashing", pour se donner une pseudo conscience mais également pour tromper le public en communiquant sur le côté écologique. La fast fashion impose ses tendances au fil des collections, aussi rapides soient-elles (on peut avoir jusqu'à 12 collections par an pour certaines marques). Mais dans cette course effrénée ou tout va vite, les consommateurs n'ont pas le temps de s'y retrouver, car ils ont des envies perpétuelles, et sont complètement accros. On en arrive presqu'aux mains pour obtenir le dernier blouson ou la dernière robe sortie.


Mais alors, comment consommer mieux ? Comment faire du shopping raisonnable ?


Petit à petit, les nouvelles marques qui arrivent sur le marché de la mode, communiquent sur cette mode éco-responsable. La Fashion revolution week est là pour le rappeler, soit avec les marques qui produisent de façon raisonnable, ou soit avec les consommateurs, qui réfléchissent avant d'acheter en privilégiant des marques responsables. Pour un avenir plus propre, pour un mode meilleur qui commence dès aujourd'hui. Avec des matières naturelles, biodégradables, recyclées, biologiques ou encore upcyclées. On privilégie la production locale tout en réduisant les produits toxiques et en réduisant notre empreinte carbone. Cela inclut forcement dans la démarche une économie sociale et solidaire.


On tend vers une mode éthique, une mode qui réfléchit à l'avenir, une mode qui respecte l'humain, les animaux, qui fait attention à l'impact environnemental, qui donne un prix juste et surtout la qualité d'un produit. En toute transparence. Une mode plus intelligente. Une mode durable qui englobe également l'apprentissage du soin de ses vêtements (conseils d'entretien, lieux de réparation, astuces de grand-mères...). Le but est que les vêtements durent de nombreuses années dans le dressing du consommateur, afin d’éviter la surconsommation. Il y a une réelle prise de conscience. Dans les grandes marques aussi ainsi que dans le monde de la mode en général. Prenons par exemple IMPACT, qui est une initiative dédiée à la mode et la création éco-responsable, et à toutes les actions positives dans la mode pour la transition écologique du marché. Un débat sur 4 jours avec tous les acteurs de la mode.




Les préoccupations environnementales sont bien réelles. Il faut faire un minimum pour protéger la planète pour les générations futures et ce principe commence à apparaître comme une composante importante dans le processus d’achat de vêtements ou d’accessoires. Une mode responsable où les consommateurs peuvent combiner leur amour de la mode et de la nature.

Nous avons appris que l'accumulation de biens matériels ne peut combler le vide d'existences sans confiance ni but. We have learned that MORE is not necessarily BETTER. Jimmy Carter 1977

Consommer de façon intelligente et mieux. Consommer moins mais de façon plus intelligente.

Mais qui dit mode éthique, dit label équivalent. Il y en a tellement qu'on a souvent du mal à s'y retrouver. Mais cela reste quand même une façon de rassurer les consommateurs. Quitte à s'y perdre un peu...



On pourrait peut-être pour s'y retrouver plus facilement utiliser l'’application Clear Fashion qui ambitionne d’aider les consommateurs en prenant tout simplement les "étiquettes en photos afin d'obtenir le plus d'explications possibles. Informations sur la composition, l'histoire de la marque, ses valeurs, qui une fois réunis, globalisent un score. On peut même y partager ses avis.

Est-ce une façon plus raisonnable, ou plus compliquée?



Personnellement, je pourrais m'y perdre plus qu'autre chose. Sur un site en ligne, je souhaite voir la qualité du produit, et forcément son origine. L'histoire de la marque et ses valeurs me touchent beaucoup également. Les consommateurs d'aujourd'hui veulent une relation de confiance avec les marques. Nous souhaitons cette relation de confiance avec vous, d'où l'implication que l'on vous demande lorsqu'on crée un modèle. Nous avons préféré par exemple, un col rond pour nos tee-shirts femme, car la majorité d'entre vous avaient répondu oui à cette question. Nous avons mis de la laine mérinos recyclée pour amener de la douceur à nos pièces en laine comme vous le souhaitiez. Nous sommes à l’écoute, et avons besoin de vous pour créer nos produits, on a besoin de cette proximité. Vous nous aider à créer les vêtements que vous portez demain. C'est une façon engagée et responsable de voir la mode.


Si l'on parle d'une mode engagée ou responsable, il faut parler de la matière mais aussi du "made in" ou du "fabriqué en".

Le label bio s’applique désormais lui aussi au coton et beaucoup de marques éthiques font le choix de fabriquer leurs vêtements en coton bio. Nous aussi, on a fait ce choix avec nos t-shirts en 100% coton bio.

Le coton bio est quand même gourmand en eau mais est beaucoup moins traité, voire pas du tout. Le fait qu'il soit labellisé fait qu'il est respectueux de l'environnement et de l'humain.

Pour nos pièces en laine, nous avons choisi forcément de la laine vierge sans teinture et également un peu de recyclée. En choisissant cette laine, nous aidons à la valorisation de la filière laine dans nos belles Pyrénées. Dévalorisée pendant des années, le réseau s'agrandit années après années, grâce à des acteurs comme Sarah de chez Marelha avec qui nous travaillons.


Si on parle de doute en terme de fabrication et surtout de conditions salariale et sanitaire, on peut alors bannir le fabriqué en Chine (quoiqu'il y ait une amélioration depuis quelques années), ou le fabriqué au Bangladesh, ou encore en Inde... Attention toutefois à certaines marques qui mettent en avant le fait qu'elle soient française, mais qui, en y regardant de près, n'ont que le nom. Toute la partie confection est faite en Europe ou voire plus loin. Il ne suffit pas d’apposer à son nom Paris, pour être une marque au label "fabriquée en France". Nous, nous avons fait le choix d'une fabrication française. Cela nous semblait tout simplement normal. Et pour aller encore un peu plus loin dans notre démarche, nous avons trouvé un atelier à un peu plus d'1km de chez nous pour nos pièces en coton bio. Le savoir-faire Français c'est bien mais le savoir faire local c'est encore mieux. Avec un prix juste pour une juste valeur. Si vous souhaitez en savoir plus sur ce sujet, allez voir Thelma Rose qui vous expliquera en long en large et en travers le juste prix d'un vêtement éthique.


En conclusion, le résultat, c'est bien la somme de toutes ces démarches positives qui aide à changer la mode et le monde par conséquent.


Nous pensons la mode différemment.

















6 vues

Posts récents

Voir tout